De Dorian Nakamoto à Elon Musk : La liste des suspects…mais qui pourrait être Satoshi Nakamoto ?

Traduction de cet article de CoinTelegraph

From Dorian Nakamoto to Elon Musk: The Incomplete List of People Speculated to Be Satoshi Nakamoto
Crédit: Coin Telegraph

Il y a dix ans, le 3 janvier 2009, le réseau Bitcoin (BTC) était créé par un acte fondateur: Satoshi Nakamoto exploitait le genesis block, également connu sous le nom de « bloc numéro zéro ».

Cependant, l’identité du créateur de Bitcoin demeure l’un des plus grands mystères de la communauté crypto depuis que le livre blanc original a été publié par Satoshi en octobre 2008.

Diverses enquêtes journalistiques ont tenté de dévoiler la personne ou le groupe d’individus responsables de la création de la première monnaie numérique, mais l’identité réelle de Satoshi reste inconnue à ce jour. Sur son profil de la Fondation P2P – qui est resté inactif  depuis fin 2010 – Nakamoto se qualifie lui même comme un homme de 43 ans vivant au Japon, cependant, il n’a presque jamais posté sur le forum bitcointalk en cohérence avec ce fuseau horaire. D’autres indices, comme l’orthographe britannique de mots comme « colour » et « optimise », suggèrent qu’il était d’origine du Commonwealth.

Jusqu’à présent, les médias et la communauté ont multiplié les conjectures sur l’identité du vrai Satoshi, mais aucune n’a été confirmé. Le 14 juin 2018, la Central Intelligence Agency (CIA) des États-Unis a déclaré qu’elle ne pouvait « ni confirmer ni nier l’existence » de Nakamoto après qu’un journaliste de Motherboard lui ait demandé des informations sur son identité par l’intermédiaire de la Freedom of Information Act (FOIA).

Voici donc la liste (incomplète) des candidats potentiels.

Vili Lehdonvirta

source: http://vili.lehdonvirta.com/

 

Son profil de suspect : un professeur finlandais de 38 ans de l’Institut de technologie de l’information d’Helsinki.

Source : Joshua Davis, The New Yorker

L’une des premières tentatives de révéler l’identité de Satoshi remonte à octobre 2011, lorsque le journaliste Joshua Davis a écrit un article pour le New Yorker. Au cours de sa quête pour identifier le créateur de Bitcoin, Davis rencontra Michael Clear, un jeune étudiant diplômé en cryptographie au Trinity College de Dublin, qui avait travaillé chez Allied Irish Banks pour améliorer son logiciel de trading de devises et co-écrit un article universitaire sur la technologie peer-to-peer. Clear a nié être Satoshi, mais aurait dévoilé au journaliste l’identité de « Nakamoto » – un chercheur finlandais de 31 ans de l’Institut de technologie de l’information d’Helsinki, Vili Lehdonvirta, qui était un ancien programmeur de jeux vidéo et a étudié les monnaies virtuelles.

Cependant, après avoir été contacté par Davis, Lehdonvirta a également affirmé qu’il n’était pas Satoshi.

« Il faut être un expert en cryptographie pour construire quelque chose d’aussi sophistiqué qu’un bitcoin, » dit-il. « Il n’y a pas beaucoup de ces gens, et je ne suis certainement pas l’un d’entre eux. » Vili Lehdonvirta

Shinichi Mochizuki

Résultat de recherche d'images pour "Shinichi Mochizuki"

Son profil de suspect : un mathématicien japonais de 49 ans de l’Université de Kyoto

Source : Ted Nelson

Le 17 mai 2013, Ted Nelson, pionnier, sociologue et philosophe américain des technologies de l’information, a suggéré que Nakamoto pourrait être le mathématicien japonais Shinichi Mochizuki de l’Université de Kyoto, qui a travaillé principalement sur la théorie et la géométrie des nombres. Les preuves de Nelson étaient cependant largement circonstancielles reposant principalement sur la façon dont Mochizuki a publié une solution à la « conjecture ABC », l’un des plus grands problèmes non résolus en mathématiques.

Quelques jours plus tard, Nelson disait à Quartz qu’il ferait un don caritatif si Mochizuki niait être Satoshi Nakamoto :

« Si cette personne nie être Satoshi, je donnerai humblement un bitcoin (d’une valeur d’environ 123 $ en ce moment) à toute œuvre de charité qu’il choisira. S’il est Satoshi et le nie, au moins il se sentira coupable ».

En juillet 2013, The Age a rapporté que Mochizuki avait rejeté les allégations de Nelson, mais n’a pas précisé la source.

Dorian Nakamoto

Résultat de recherche d'images pour "dorian nakamoto"

Son profil de suspect: un Américain d’origine japonaise âgé de 68 ans qui a réalisé des travaux confidentiels pour de grandes entreprises et pour l’armée américaine.

Source : Leah McGrath Goodman, Newsweek

Le 6 mars 2014, Newsweek a publié un long article écrit par la journaliste Leah McGrath Goodman, qui identifiait Dorian Prentice Satoshi Nakamoto, un Américain d’origine japonaise vivant en Californie comme le créateur de Bitcoin.

Goodman avait appris que Nakamoto avait travaillé comme ingénieur système sur des projets de défense classifiés et comme ingénieur informaticien pour des entreprises de technologie et de services d’information financière. Nakamoto serait devenu libertaire après avoir été licencié à deux reprises au début des années 1990.

Il y avait d’autres indices que son nom de naissance. Goodman affirme que Nakamoto a confirmé son identité en tant que fondateur de Bitcoin après l’avoir interrogé sur la cryptomonnaie lors d’un entretien en face à face.

« Je ne suis plus impliqué là-dedans et je ne peux pas en discuter, le projet a été confié à d’autres personnes. Ils s’en occupent maintenant. Je n’ai plus aucun lien. »

Cependant, dans une interview suivante avec l’Associated Press, Dorian Nakamoto niait toute connexion avec Bitcoin. Il expliquait n’en avoir jamais entendu parler auparavant et qu’il pensait que Goodman posait des questions sur son travail antérieur pour des entrepreneurs militaires, qui était en grande partie classifié. Fait intéressant, dans une entrevue « Ask Me Anything » sur Reddit , il a déclaré qu’il avait mal interprété la question de Goodman comme étant liée à son travail pour Citibank. Plus tard le même jour, le compte de la Fondation P2P de Nakamoto publiait son premier message depuis plusieurs années: « Je ne suis pas Dorian Nakamoto. »

Nick Szabo

Résultat de recherche d'images pour "Nick Szabo"
source: https://bitcoinist.com/nick-szabo-3-things-bitcoin-improve/

Son profil de suspect: (supposément) un Américain de 55 ans d’origine hongroise et créateur de BitGold, un prédécesseur de Bitcoin.

Sources : Skye Grey, chercheur ; Dominic Frisby, rédacteur financier

En décembre 2013, le chercheur Skye Grey a publié les résultats de son analyse dactylographique, qui indiquait que la personne derrière Satoshi Nakamoto était un informaticien et cryptographe nommé Nick Szabo.

Fondamentalement, Grey a cherché des tournures inhabituelles de phrases et de modèles de vocabulaire  » dans des contextes particuliers dans lesquels on s’attendrait à ce qu’un chercheur en cryptographie contribue « , puis  » a évalué l’aptitude de chaque correspondance trouvée en effectuant des mesures de similarité textuelle sur plusieurs pages de leur écriture « .

Szabo est un passionné de monnaie décentralisée qui a développé le concept de « BitGold« , une monnaie numérique pré-Bitcoin, axée sur la vie privée, en 1998. Dans son article de mai 2011 sur Bitcoin, Szabo écrit :

« Moi-même, Wei Dai et Hal Finney étions les seules personnes que je connaissais qui aient suffisamment aimé l’idée (ou, dans le cas de Dai, son idée apparentée) pour la poursuivre jusqu’à Nakamoto (en supposant que Nakamoto ne soit pas vraiment Finney ou Dai) ». Nick Szabo

D’autres recherches menées par l’auteur financier Dominic Frisby, qu’il décrit dans son livre de 2014 intitulé « Bitcoin : The Future of Money ? » suggère également que Nick Szabo est le vrai Satoshi. Dans une interview sur Russia Today, M. Frisby a déclaré : « J’en ai conclu qu’il n’y a qu’une seule personne au monde qui a l’envergure mais dispose également des spécificités de la connaissance et c’est ce type [Nick Szabo]. »

Néanmoins, Szabo a nié être Satoshi. Dans un courriel adressé à Frisby en juillet 2014, il aurait déclaré :

« Merci de me l’avoir fait savoir. J’ai bien peur que tu te trompes en m’appelant Satoshi, mais j’ai l’habitude. »

 

Hal Finney

source: https://factrepublic.com/facts/4185/

profil du suspect: un pionnier américain de la cryptographie décédé en 2014 à l’âge de 58 ans.

Source : Andy Greenberg, Forbes (qui a fini par nier sa propre hypothèse)

Le 25 mars 2014, le journaliste de Forbes Andy Greenberg a publié un article sur le prétendu voisin de Dorian Nakamoto, un pionnier de la cryptographie pré-Bitcoin nommé Hal Finney, qui a reçu la toute première transaction BTC de Nakamoto.

Il est intéressant de noter que Greenberg a demandé à Juola & Associates de comparer un échantillon de l’écriture de Finney à celle de Satoshi Nakamoto. Apparemment, ils ont trouvé qu’il s’agissait de la ressemblance la plus proche qu’ils aient jamais rencontrée – y compris les autres candidats suggérés par les journalistes de Newsweek, Fast Company et New Yorker, ainsi que Ted Nelson et Skye Grey. Toutefois, l’entreprise a établi que les courriels de Nakamoto à Finney ressemblaient davantage au style dans lequel le livre blanc original avait été écrit qu’aux courriels de Finney.

Greenberg a suggéré que Finney était peut-être le nègre de Nakamoto, ou qu’il a utilisé l’identité de son voisin Dorian comme couverture. Finney a nié qu’il était Satoshi. Greenberg, après avoir rencontré Finney en personne, vu les échanges de courriels entre lui et Nakamoto, et l’histoire de son portefeuille Bitcoin, a conclu que Finney disait la vérité.

Le 28 août 2014, Hal Finney est décédé chez lui à Phoenix à l’âge de 58 ans, après cinq ans de sclérose latérale amyotrophique.

Craig Wright

source: https://mashable.com/2016/05/04/craig-wright-proof-nakamoto/#jAEkhFHEsuqF

Profil du suspect: un informaticien et homme d’affaires australien de 48 ans.

Sources : Andy Greenberg, Gwern Branwen, Wired ; Craig Wright (lui-même)

Le 8 décembre 2015, Wired a publié un article écrit par Andy Greenberg et Gwern Branwen qui argumentait qu’un universitaire australien nommé Craig Steven Wright  » a soit inventé le bitcoin, soit est un escroc brillant qui veut vraiment nous faire croire qu’il l’a fait ».

Le même jour, Gizmodo publiait un article dans lequel figuraient des documents prétendument obtenus par un pirate informatique entré par effraction dans les comptes de messagerie de Wright, affirmant que Satoshi Nakamoto était un pseudonyme commun pour Craig Steven Wright et son ami, analyste en informatique légale et expert en cyber-sécurité David Kleiman, mort en 2013.

Wright a rapidement supprimé ses comptes en ligne et a disparu pendant plusieurs mois jusqu’au 2 mai 2016, date à laquelle il a été arrêté.

Il déclara publiquement qu’il etait le créateur de Bitcoin. Un peu plus tard Wright publia des excuses ainsi qu’un refus de publier la preuve d’accès à l’une des premières clés Bitcoin. Cointelegraph a publié plusieurs articles sur les raisons pour lesquelles Wright n’est probablement pas Satoshi. Néanmoins, Wright continue de prétendre qu’il est Satoshi à ce jour.

En février 2018, la succession de Dave Kleiman a intenté une action en justice contre Wright au sujet d’une succession s’élévant 5 milliards de dollars en Bitcoin, alléguant que Wright avait escroqué Kleiman en monnaie virtuelle et en droits de propriété intellectuelle.

Neal King, Vladimir Oksman et Charles Bry

Profil des suspects: Résidents américains et allemands, occupation et âge inconnus

Source : Adam Penenberg, Fast Company

En octobre 2013, le journaliste Adam Penenberg a écrit un article pour Fast Company, dans lequel il cite des preuves circonstancielles suggérant que Neal King, Vladimir Oksman et Charles Bry pourraient être Nakamoto. King et Bry vivraient en Allemagne alors qu’Oksman serait basé aux États-Unis.

La théorie de Penenberg s’articule autour de la revendication selon laquelle King, Oksman et Bry ont déposé conjointement une demande de brevet qui contenait l’expression « computationally impractical to reverse » en août 2008, qui a également été utilisée dans le livre blanc publié par Nakamoto en octobre 2008. Par ailleurs, le nom de domaine bitcoin.org a été enregistré trois jours après le dépôt du brevet.

Les trois hommes ont nié être Nakamoto lorsque Penenberg les a contactés.

Elon Musk

source: https://www.inc.com/magazine/20071201/entrepreneur-of-the-year-elon-musk.html

Profil du suspect: un entrepreneur américain de 47 ans dans le domaine de la technologie

Source : Sahil Gupta, stagiaire SpaceX

Dans ce qui semble être l’une des théories entourant Nakamoto les plus absurdes à ce jour, Sahil Gupta, qui prétend être un ancien stagiaire de SpaceX, a écrit un article sur le Hacker Noon spéculant que Elon Musk était probablement Satoshi Nakamoto. M. Gupta a souligné les antécédents d’Elon Musk en économie, son expérience des logiciels de production et son histoire d’innovation en matière d’outils spéculatifs suggéraient que Musk aurait pu inventer Bitcoin.

L’article a été publié en novembre 2017 et a rapidement été réfuté par Musk lui-même, qui a tweeté que la suggestion de Gupta « n’est pas vraie ».

Satoshi Nakamoto, une agence gouvernementale ?

source: https://siecledigital.fr/2017/11/14/nsa-victime-piratage-logiciels-voles/

Bien qu’il n’y ait aucune preuve réelle que Nakamoto soit en fait la façade d’un organisme gouvernemental, il s’agit d’une théorie du complot idéale forte d’un grand nombre de raisons pour lesquelles les États-Unis (ou tout autre État) auraient voulu créer Bitcoin. Par exemple, un article de Motherboard de 2013 a théorisé :

« Le bitcoin pourrait être utilisé comme une arme contre le dollar américain. Il pourrait servir à financer des opérations secrètes. »

A ensuite été suggéré une théorie selon laquelle  » Bitcoin serait en fait un véhicule orwellien qui permettrait aux gouvernements de surveiller toutes les transactions financières « .

N'hésitez pas à partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *