Détenteur de XRP (Ripple) ? Tout savoir sur l’Airdrop gratuit de SPARK (Flare)

La montée en puissance du XRP ces derniers jours n’a échappé à personne, la 3ème capitalisation du marché, quasi « dinosaure » du marché crypto, se comportant tout à coup comme le plus dynamique des  jetons de la Finance Décentralisée (DeFi) en voyant son cours exploser de près de 50% en 48 heures ! Si le phénomène ravit fort logiquement les détenteurs de longue date du jeton Ripple et en conforte beaucoup dans leurs convictions s’agissant de l’avenir dudit jeton, c’est également en raison d’un événement tout autre que le XRP attire les regards ces temps-ci. En effet, Ripple est la cheville ouvrière d’une opération particulièrement traditionnelle, voire « old school » à l’échelle de notre jeune industrie. En effet, la simple détention de XRP vous rendra dans quelques jours éligible à  un airdrop d’une nouvelle cryptomonnaie toute neuve : le SPARK. 

Présentation du projet, conditions de l’airdrop de SPARK, timing, on fait le tour de la question.

Qu’est-ce que le projet SPARK ?

La visite du site officiel est un préalable à toute analyse de projet, au même titre que la consultation du Livre blanc de SPARK. La consultation de ces sources nous apprend que le projet SPARK a une ambition qu’on qualifiera….d’élevée :

« Flare est un nouveau réseau blockchain basé sur le protocole de consensus Flare – le premier protocole Fédéral Byzantin Turing-Complet (Federated Byzantine Agreement protocol). Le jeton natif de Flare sera un jeton stable à gestion algorithmique, visant à maintenir les coûts d’utilisation du réseau prévisibles et à fournir une entrée primaire pour les cas d’utilisation dans le cadre de la DeFi (Finance Décentralisée).»

Le propos de l’article n’est pas de rentrer dans des considérations techniques (dont l’auteur risquerait d’ailleurs de fort mal rendre la cohérence), mais conservez simplement à l’esprit que Flare prétend à mettre au jour et brandir un des saint Graal de la crypto : un protocole « parfait », à la fois résistant à l’attaque et à la censure, stable autant que possible, le tout afin de notamment combattre un des reproches fait à l’industrie cryptomonétaire en général, et à la Finance Décentralisée en particulier : son instabilité et ses fluctuation aussi délirantes que peu engageantes pour l’utilisateur et l’investisseur. 

Le réseau est présenté comme peu cher s’agissant de ses frais de transactions, largement scalable, intégrant la machine virtuelle d’Ethereum, sans renier non plus son cousinage avec les nouvelles classes de consensus AVALANCHE (AVAX, ces dernières représentant déjà leur lot d’innovations rapporté aux consensus dit « classique » et à celui de Nakamoto, l’inventeur de Bitcoin). 

Si selon ses concepteurs, le projet Flare est élaboré dans l’ombre depuis deux ans, c’est un récent partenariat assorti d’un financement émanant de Ripple (et plus précisément de XPRING, la branche d’investissement de Ripple Labs) qui a tout particulièrement mis l’initiative en pleine lumière.


feel-mining.com

L'équipe de Flare (SPARK)
L’équipe de Flare

En somme, la proposition de valeur de Flare reposera notamment sur l’émission et le fonctionnement du SPARK, un token stable (le terme de « stablecoin » n’apparaît que peu dans la documentation officielle), dans une dynamique de tokenisation d’actifs.

Si le protocole est ouvert à tous et même présenté comme permissionless, la proposition de valeur s’adresse de toute évidence plus particulièrement aux institutionnels. A cet égard, flare – outre Ripple – fait état de partenariatd avec des acteurs comme Securitize, une plateforme d’émission de jetons de sécurité et de gestion du cycle de vie, Singularity, une nouvelle plateforme pour la gestion des actifs financiers et de l’identité en chaîne et hors chaîne, Custody Digital Group, une plate-forme de conservation sécurisée ou Neuhanse Network, spécialisé en gouvernance électronique (dont le site en une page laisse cependant songeur). 

Tout feux, tout Flare

Signe de l’intrication entre Flare et Ripple, c’est le flamboyant patron de celle qu’on qualifie parfois avec un moue dédaigneuse de « crypto des banques » Brad Garlinghouse qui annonçait en août dernier l’émergence du projet, le décrivant comme « le meilleur d’Avalanche et d’Ethereum réunis ». Il ajoutait au passage :  

Brad Garlinghouse, aka Capitaine Flare

« De mon point de vue, Flare combine le meilleur de XRP (règlement très rapide), Ethereum (contrats intelligents) et Avalanche (pour le consensus), ce qui contribue à étendre l’utilité de XRP et permet aux développeurs de créer des contrats intelligents pour de nouveaux cas d’utilisation comme le prêt et le DeFi ».

Très concrètement, le token SPARK fonctionnera sur un fork de Ripple. Déjà peu banale en soi, cette opération sera en outre assortie de caractéristiques uniques : pas d’ICO, pas de vente privées, elle-même suivie de moult opérations commerciales, non : le token SPARK sera distribué massivement sous la forme d’un airdrop, réservé aux détenteurs de XRP, suivant un alléchant ratio de 1 : 1 !

Airdrop de SPARK, dates et conditions

L’opération d’airdrop est prévue pour se dérouler à minuit le 12 décembre 2020. Jusqu’à 45 milliards de tokens seront distribués, majoritairement aux détenteurs de XRP, et incidemment à des personnels de Ripple Lab et aux partenaires de Flares.

Notez-bien que les détenteurs de XRP auront 6 mois après le 12 décembre pour réclamer leur airdrop. Attention : ne seront cependant éligibles à la distribution que les seuls détenteurs de XRP à la date du 12 décembre 2020 à minuit. Inutile donc de vous ruer sur des achat de XRP après cette date, sous couvert de l’opération d’airdrop, vous n’y serez pas éligible (ce qu’on appelle un « snapshot », un instantané de l’état des wallets contenant des XRP sera opéré à la date concernée). 

Les SPARK auront-ils de la valeur ? La seule réponse possible et cohérente à cette question tient en un chiffre : 45 milliards d’unités, soit l’offre en circulation de XRP avec sa capitalisation de 24 milliards d’euros. Autrement dit, si le SPARK était par extraordinaire coté à 0.1 euros, sa capitalisation serait de 2.4 milliard, faisant de lui la 15ème valeur du market cap devant TRON ou MONERO… De toute évidence, le cours du SPARK évoluera quelques chiffres après la virgule, du moins dans un premier temps (après tout, le XRP à lui-même débuté en 2014 à 0.002 euros….). En revanche, la vocation stable du SPARK ne doit pas vous laisser vous bercer d’illusions sur la possible explosion de son cours. 

Hypothèse 1 : Je possède des XRP sur une plateforme d’exchanges

De nombreux exchanges ont d’ores et déjà fait savoir qu’ils supporteraient le fork de XRP et l’airdrop de SPARK. Parmi eux des pointures du secteur comme eToro, Celsius, NEXO ou Probit. Il est vraisemblable que les géant Binance ou  Kraken se prononcent prochainement, a priori positivement (Bitstamp vient ainsi d’annoncer il y a quelques heures qu’il supporterait l’airdrop de SPARK).

  • Si vous détenez des XRP sur ces plateformes (la liste complète est ici), les choses sont simples : votre exchange s’occupera de l’opération pour vous et vous serez crédité de tokens SPARK sans manipulation particulière.
  • Si vous stockez vos XRP sur un wallet privé, « à chaud » (comme EXODUS ou Jaxx) ou dans un « stockage à froid » (clef Ledger, Trezor…), vous aurez peut-être quelques manipulations à effectuer, mais la plupart des portefeuilles principaux du marché pourront recevoir les SPARK ; Outre la liste des wallets concernés, vous trouverez la marche à suivre par ici.

A noter que si le snapshot pour l’airdrop aura lieu le 12 décembre, la date de distribution des tokens SPARK n’a pas encore été communiquée. 


feel-mining.com

Le XRP en pleine SPARK-mania ?

Si on conviendra que le marché crypto est dans une forme olympique ces jours-ci, difficile malgré tout de ne pas s’étonner face à la tempête de bougie verte qui marquent le cours du XRP. En effet, ce dernier après avoir végété deux années durant a connu ces dernières heures une poussée fulgurante, voyant sa valeur doubler et permettant à XRP de reconquérir la 3ème place du podium derrière Bitcoin et Ethereum et devant Tether (USDT). 

De là à voir un lien de causalité fort entre cette hausse surréaliste et la perspective d’un séduisant airdrop à venir, il n’y a qu’un pas que les investisseurs avisés auraient probablement tout intérêt à franchir, au risque de subir quelques déconvenues au lendemain du 12 décembre prochain !

N'hésitez pas à partager

About Hellmouth

ia orana, aloha, c'est Hellmouth ! Emparez vous d'un cocktail exotique, envoyez une compil ukulele sur Deezer, ici, l'occasion vous est donnée de vous former, de vous informer, et de vous plonger avec delectation dans les domaines crypto et blockchain, sur fonds de lagon polynésien. Maururu pour votre visite !

View all posts by Hellmouth →