Guggenheim Partners va investir dans Bitcoin (BTC) : 500 Millions sinon Rien

En 2020, la question pourrait finalement ne déjà plus être « Faut-il s’acheter du Bitcoin ? », mais « Comment s’acheter du Bitcoin alors qu’il n’y en a presque plus ? ». Si la formulation semble outrancière, elle ne doit pas pousser à ignorer un constat simple : il y a peu de bitcoins aujourd’hui et il y en aura de moins en moins demain, tout particulièrement si des acteurs économiques (les fameux « institutionnels ») s’invitent à la table. Or c’est précisément ce qui est en train de se passer en cette folle année 2020.

Dernière illustration en date, le fonds américain géant Guggenheim Partners qui a déposé il y a quelques jours une demande auprès de la SEC afin d’exposer sa clientèle à Bitcoin. En jeu, rien de de moins qu’un demi-milliard de dollars d’investissement, et surtout un avant-goût d’une déferlante qui vient et qui pourrait faire de l’invention de Nakamoto un actif définitivement hors d’atteinte des simples mortels.


feel-mining.com

Nouvelle Baleine Bitcoin en approche

Guggenheim Partners n’est pas à proprement parler une officine de quartier. Avec 270 milliards $ en actifs sous gestion et 2400 employés, le fond est une institution de Wall Street (même si sa fondation en 1999 en fait un quasi « rookie » dans un milieu où les firmes séculaires sont légion). C’est d’ailleurs peut-être cette relative jeunesse qui anime les décisions stratégiques pour l’avenir de l’entreprise (et celle de ses milliers de clients). Rien d’étonnant donc à ce que Guggenheim Partners ait tout récemment fait état auprès de la SEC de sa volonté de s’exposer…à Bitcoin.

Et une exposition pas franchement de l’ordre du symbolique, puisque l’entreprise prévoit de consacrer 10% de son fonds Guggenheim Macro Opportunities Fund à la reine des cryptomonnaie, soit pas loin de 500 millions de dollars (ledit fond s’élevant lui même à 4.97 milliards $)

Petites transactions entre amis

Alors bien-sûr, quand un mastodonte comme Guggenheim décide de s’offrir 500 millions en BTC (pas loin de 30 000 bitcoins au cours actuel), son CEO ne va pas s’inscrire sur Coinbase ou passer un KYC chez Kraken comme nous autres, pauvres mortels…

C’est ainsi par l’intermédiaire du fonds d’investissement spécialisé crypto Grayscale Investments et plus précisément via son instrument Grayscale Bitcoin Trust (« GBTC ») – que les transactions s’opéreront, loin de la plèbe et du fracas des marchés traditionnels.

Cette opération à venir est une nouvelle illustration du fait que 2020, outre sa « petite malédiction personnelle » qui laisse un arrière-goût amer semble pouvoir être désigné comme « l’an 0 » du débarquement des fameux institutionnels.

En effet, après Fidelity, Microstratégy ou Square, qui se sont récemment et massivement positionnés sur Bitcoin, difficile de ne pas convenir que le temps des grandes manœuvres semble venu. Quels seront les enjeux et l’mpact sur la raréfaction et le cours de Bitcoin ? Difficile encore d’en juger. Une opération mathématique basique permettra en revanche à chacun de s’accorder sur un point : chaque Bitcoin qui sera trusté par ces géants financiers aux moyens virtuellement illimités, œuvrera mécaniquement à la raréfaction de l’offre, face à une demande qui elle, ne fera que croître. Le rédacteur en Chef de CoinTelegraph ne dit d’ailleurs rien d’autre :

« 2016 : Les institutions arrivent !

2017 : Les institutions arrivent !

2018 : Les institutions arrivent !

2019 : Les institutions arrivent !

2020 : Les institutions sont là !

2021 : Bon sang, les institutions ont acheté tous les #bitcoins »


feel-mining.com

N'hésitez pas à partager

About Hellmouth

ia orana, aloha, c'est Hellmouth ! Emparez vous d'un cocktail exotique, envoyez une compil ukulele sur Deezer, ici, l'occasion vous est donnée de vous former, de vous informer, et de vous plonger avec delectation dans les domaines crypto et blockchain, sur fonds de lagon polynésien. Maururu pour votre visite !

View all posts by Hellmouth →