Kriptomat, une plateforme d’achat de Cryptomonnaies qui travaille pour être accessible aux Polynésiens ! Chapitre I

Accéder à la cryptomonnaie depuis la Polynésie, un vrai défi !

Si vous avez déjà traversé le parcours du combattant que représente l’acquisition de cryptomonnaies (que ce soit du bitcoin, de l’ether ou n’importe quelle alt-coin, il est peu vraisemblable que vous en conserviez un souvenir plaisant…

Entre la longueur des procédures de vérifications KYC, le peu d’ergonomie de l’ensemble, la barrière de la langue, la chose est encore loin de correspondre à une promesse pourtant récurrente des exchanges crypto: rendre facile et confortable l’achat de crypto avec de la monnaie fiat (aka , votre carte-bancaire ou un virement).

Ce syndrome qui touche les amateurs du monde entier est encore plus difficile à vivre pour nous autres, polynésiens!

De très nombreuses plateformes refusent nos inscriptions, dans la mesure où notre domiciliation ne « rentre pas dans les cases » de systèmes quelque peu psychorigides…comment! c’est la « France » mais pas en France ? Dans le doute ce sera niet ! (des fois qu’on soit un paradis du blanchiment d’argent…bon, ok cet argument n’est peut-être pas le plus convaincant!).

Pire encore, certaines plateformes qu’il était possible d’utiliser ont récemment interdit les nouvelles inscriptions de résidents en Polynésie !

Et pour finir, les quelques options qui demeurent peuvent effrayer au vu des commissions pratiquées (jusqu’à 10% de frais), et au regard de la « forme » actuelle du marché, ça peux refroidir les ardeurs!

Demeurent bien sûr des options du type LocalBitcoin (site de mise en relation directe entre acheteurs et vendeurs de cryptos), mais il faut convenir qu’il faut déjà être relativement à l’aise avec le sujet pour pratiquer! (et par ailleurs, à la date de rédaction de cet article, il n’existe aucune offre en Polynésie).

Le temps où il sera possible d’acquérir du Bitcoin, des Moneros, du Ripple ou des dogecoins, aussi simplement qu’on retire de l’argent au distributeur arrivera, mais en attendant, il faut convenir que le sujet est complexe.

Et encore, j’évoque là notre petite crypto-communauté, beaucoup plus à même d’affronter les obstacles techniques, bancaires, fiscaux, qui se dressent devant nous !

Imaginez ainsi à quel point tonton Teva ou la copine Josiane seraient rebutés (et effrayés!) par ces difficultés…Or, de l’accès facilité au monde crypto au profit du « vrai » grand public dépend le passage à l’adoption de masse, indispensable à l’avenir du secteur.

Kritpomat, la plateforme « Polynesian Friendly » qui vient du froid ?

Dans ce contexte peu engageant, j’ai le plaisir de vous informer qu’une société jeune et dynamique fait actuellement travailler ses méninges (et ses calculatrices!) pour nous permettre d’accéder au marché de la crypto de manière aussi confortable que si nous étions à Hong-kong ou New-York !


Kriptomat, kesako ?

Je ne vais pas procéder aujourd’hui à une review complète de la plateforme Kryptomat (ce sera réservé à un prochain article… #teasing) mais me contenter d’en évoquer les fondamentaux.

Kriptomat est une jeune société basée en Slovénie, territoire réputé pour être à la pointe en matière d’adoption des nouvelles technos et plus précisément la FinTech (la Slovénie est le berceau des certaines des start-up les plus en vue du secteur, comme Bitstamp, Iconomi, NiceHash ou encore Viberate).

Kriptomat n’est pas un exchange au sens premier du terme (dans le sens ou sa vocation n’est pas de proposer du trading, du moins pour le moment).

Kriptomat fonctionne plutôt comme un bureau de change: vous envoyez de l’argent fiat (en ce qui nous concerne des francs pacifique) que vous êtes en mesure de convertir dans la cryptomonnaie de votre choix.

Si les emblématiques BTC et ETH ont évidemment été les propositions initiales, un des point fort de Kriptomat réside dans le fait que plusieurs alt-coins sont également listées, et que de nouvelles sont proposées régulièrement.

Pour illustration, ces dernières semaines ont vu l’apparition sur la plateforme de Augur, EnjinCoin et Status (qui rejoignent ainsi Stellar, EOS, Tehter ou Cardano, en tout un panel d’une dizaine de coins actuellement).

Alors même que nombre de plateformes vous contraignent à acquérir des BTC ou de l’ETH, PUIS de convertir ces devises en d’autres (le processus étant évidemment assorti de frais), Kriptomat  vous permet d’acquérir plusieurs autres cryptos, sans intermédiaires.

L’équipe est ambitieuse et prévoit d’ajouter régulièrement de nouvelles cryptos au panel.

Concrètement, ça se passe comment ?

Après vous être rendu sur la partie « enregistrement » du site et avoir rempli les informations classiques, un numéro de téléphone devra être renseigné (permettant une double authentification, un SMS vous sera envoyé avec un code pour effectuer toute opération « sensible ainsi qu’à chaque connexion);

Une procédure KYC et l’ajout d’informations bancaires permettront d’achever votre inscription (ces informations ne permettent en aucun cas à Kriptomat d’intervenir sur votre compte bancaire!).  Le transfert de l’équivalent de 25 Euros (environ 3000 xpf) sera nécessaire à l’activation de votre compte.

A noter qu’un virement bancaire prendra entre 3 et 5 jours. Le paiement par CB est actuellement à l’étude par l’équipe et interviendra rapidement.

Une fois achevée, cette procédure légère et rapide vous serez en mesure de « faire votre marché » entre les différentes devises disponibles.

Et quels sont les frais ?

Clairement, il s’agit bien là d’un des points forts de la jeune société ; une politique de frais particulièrement incitative puisque la plateforme facture autour de 2% de commission sur les transactions ! 

Pourquoi Tahiti-Cryptomonnaie parle de Kriptomat ?

Kriptomat n’est pas simplement une start-up parmi d’autres, surfant sur la vague crypto et essayant de séduire à tout prix et rapidement une clientèle, lui faisant miroiter des promesses et des feuilles de route difficilement tenables…

Ce type de profil est d’ailleurs souvent lié à une ICO en cours. Or, Kriptomat ne fait pas d’ICO. L’équipe travaille dur, discrètement  et de manière rigoureuse. Leur sérieux leur permet d’ailleurs de disposer de l’agrément européen autorisant leurs activités d’agent de change. Par ailleurs leurs procédures de sécurité sont rigoureuses et l’ensemble respire le sérieux.

Ah, et kriptomat, plutôt que de s’épuiser à créer artificiellement du buzz autour de ses activités à préféré se consacrer à rendre sa plateforme la plus agréable et accessible possible, la traduisant en pas moins de …. 20 langues, dont le français ! (et pas une traduction automatique, nous avons droit à une traduction de qualité professionnelle, qui permet d’entrevoir l’approche qualitative dont l’équipe se soucie).

Cerise sur le poé, un blog, également en français est déployé par la plateforme et permet de s’informer et de débuter sur les sujets cryptos;

Surtout, l’équipe de Kriptomat est informée des difficultés des Polynésiens à accéder facilement à l’achat de cryptomonnaies et, fidèle à sa dynamique globale, travaille actuellement sur le sujet pour rapprocher nos archipels de la crypto-économie, pour des frais similaires à ceux appliqués à travers le monde.

Une partie de l’équipe

Note importante: cet article n’est PAS sponsorisé par la société Kriptomat et relève de l’initiative éditoriale.
N'hésitez pas à partager

One Comment on “Kriptomat, une plateforme d’achat de Cryptomonnaies qui travaille pour être accessible aux Polynésiens ! Chapitre I”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *